Le désamour face à la loi

– PROJETS –

Le désamour face à la loi. L’accès au divorce et à la séparation des couples d’immigrés congolais, indiens et américains en Belgique.

DESCRIPTIF :

En Europe, les autorités ont mis en œuvre un nombre croissant de mesures visant à limiter l’accès des ressortissant·e·s de pays tiers aux droits et aux services offerts au reste de la population vivant dans le pays. Conçus officiellement pour protéger les citoyen·ne·s, de nombreux outils juridiques et non juridiques régissent non seulement la (im)mobilité des migrant.e.s vers leurs nouvelles destinations, mais ils gouvernent également de nombreux domaines de leur vie quotidienne une fois qu’ils et elles sont arrivé·es dans le pays de destination. Dans cet environnement de plus en plus contraignant, la vie de famille est l’un des domaines de la vie des migrant.e.s les plus touchés par ces restrictions. Depuis que l’immigration basée sur les liens familiaux a commencé à représenter la majorité des entrées légales en Europe – et dans la plupart des pays riches – les législateurs nationaux et Européennes ont imposé de nouvelles lois et réglementations pour limiter cette possibilité. Aujourd’hui, le droit de vivre pleinement sa vie familiale à l’étranger n’est plus garanti à de nombreux groupes de ressortissants de pays tiers vivant en Europe. En fait, un ensemble de restrictions constituent une intrusion dans la vie intime des migrant.e.s qui a une incidence sur la dissolution des relations conjugales et l’accès des migrant.e.s au divorce ou à la séparation.

Dans cette perspective, l’enquête se concentre sur les communautés de migrant.e.s congolais·es, américain·e·s et indien·ne·s vivant en Belgique, afin de déterminer si et comment les lois nationales et européennes ont une incidence sur leur volonté et capacité d’obtenir un divorce, une séparation ou la fin de la cohabitation légale dans le pays. À cette fin, il est nécessaire d’identifier les instruments juridiques spécifiques qui opèrent sur les migrant.e.s pour réglementer directement ou indirectement leur vie amoureuse et de famille en Belgique. L’une des tâches principales de cette étude est donc d’analyser la manière dont des migrant.e.s ayant différents permis de séjour expérimentent la fin de leur vie conjugale dans le pays. Parallèlement, il est également important d’étudier si le divorce, la séparation ou la cessation d’une cohabitation légale affectent le statut juridique de l’un ou des deux membres du couple. Toutefois, en donnant la parole aux migrant.e.s, l’idée n’est pas seulement d’analyser l’impact des stratégies et des cadres institutionnels spécifiques sur la vie amoureuse et familiale des migrant.e.s à l’étranger. Ici, le but est également d’analyser les stratégies que les individus et les couples développent pour contrer, résister ou exploiter ces restrictions directes et indirectes.

À travers diverses techniques qualitatives, ce travail se développe top-down-bottom-up. D’une part, il donne la parole aux migrant.e.s et donne de la visibilité à leur vie amoureuse et familiale en Belgique. Parallèlement, il analyse également la manière dont les institutions imposent des restrictions à des aspects plus intimes de leur vie. Cela signifie que les entretiens biographiques avec des migrant.e.s divorcées ou séparées sont combinés ici avec des entretiens avec des spécialistes et des parties prenantes – tels que des avocat·e·s spécialisé·e·s dans le droit de la famille, ou des juges.

Ces informations se combinent avec une série d’observations participantes effectuées dans les espaces publics où ces restrictions sont imposées aux migrant·e·s et à leurs familles – tels que le tribunal de la famille ou les administrations communales.

Equipe:

Chercheur·e:

– Dr Giacomo Orsini, CIRFaSe

Promoteur·rice :

– Prof. Laura Merla

Centre :

Cirfase

Comité Scientifique :

– Professor Jacques Marquet (UCLouvain)
– Dr Majella Kilkey (University of Sheffield)

Financement :

ARC

Le droit européen de l’immigration économique
Place et sens de la reprise d’études supérieures dans le parcours migratoire de femmes migrantes dépendantes
Menu
fr_FRFrançais
en_GBEnglish (UK) fr_FRFrançais